Travailleurs mais sans papiers

Ce qui est apparu au grand jour avec la crise sanitaire, c’est qu’ils sont aussi « des premiers de cordées » , comme tous ceux qui sont là où le travail ne peux pas s arrêter.